2 décembre 2014

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Il faut libérer le captif, qu'il vive à sa guise
Que la fenêtre ouverte, laisse l'air frais entrer
Que les esprits circulent sans être hantés

Anonyme a dit…

Autre interprétation :
Finalement, si on regarde bien, le personnage tient l'oiseau imposant avec bienveillance, et si l'oiseau représentait la part fragile de chacun, cela voudrait dire que le dessin peut être interprété comme une allégorie de l'autocompassion. Et comme le personnage et l'oiseau sont bien distincts on peut y voir aussi de la compassion...
De toute façon l'autocompassion mène à la compassion et inversement..

Nawel Louerrad a dit…

Merci pour votre message anonyme: )